Dernièrement

nouvelle-zelande

Bonjour?

Je me sens gênée d’écrire ces lignes aujourd’hui parce que j’ai l’impression de vous avoir vraiment négligés dans les derniers mois. J’espère que vous me pardonnerez, comme vous le feriez d’une amie que vous n’avez pas vu depuis un moment. J’avais besoin de ces quelques mois de recul pour évaluer la place que les réseaux sociaux/internet occupent dans ma vie. Autant comme consommatrice que comme participante. Notre voyage en Nouvelle-Zélande (magnifique, merveilleux, magique voyage) m’aura servi de mini-détox puis j’ai graduellement réintégré les réseaux sociaux avant de me rendre compte que j’étais retombée dans mes mauvaises habitudes sans même m’en rendre compte. Je m’étais mise une limite de temps sur mon cellulaire, mais je me permettais toujours de la dépasser parce que je n’avais rien de mieux à faire. Ou, du moins, c’est l’excuse que je me donnais. Défiler des photos inspirantes sur instagram me permettait de m’évader de mon ennui quotidien. On s’entend que, au mieux, ça camoufle le problème, mais ça ne règle rien.

J’ai donc décidé de retirer les médias sociaux de mon cellulaire. Si je veux faire un tour sur instagram ou facebook, je dois ouvrir mon ordinateur. Je les consulte donc encore, mais de manière beaucoup plus raisonnable. Est-ce que ça a changé ma vie? Non, mais j’ai maintenant beaucoup plus de temps à combler ahah! Ça m’a forcé à m’occuper de trucs que je remettais depuis des mois, voir des années. Je nous ai trouvé un notaire pour écrire nos testaments (une étape indispensable maintenant qu’on est copropriétaires d’un condo) et j’ai pris rendez-vous avec un conseiller financier, pour ne nommer que deux exemples. J’ai repris la lecture en partageant mon temps entre la fiction (la série The Raven KingThe Secret Garden, Little Woman et Gone with the Wind par exemple) et les trucs plus éducatifs (actuellement en train de lire Your Money or Your Life qui sera suivi de Lost Connections). J’ai aussi renoué avec le cardio, fait des plans pour notre cours arrière (que mes parents nous aide à réaliser thank god), et réfléchi, réfléchi et réfléchi encore. Je me pose TELLEMENT de questions sur la vie en général, parfois ça m’épuise. Dans le bon sens, mais quand même! Une des questions que je creuse constamment par exemple se rapporte à l’intelligence. Est-ce qu’on naît tous avec le même niveau d’intelligence? Pourquoi certaines personnes peuvent coder, parler plusieurs langues, inventer l’internet, alors que je ne suis parfois même pas capable de lire un article en français tellement le niveau de langage est trop poussé pour moi? Est-ce que c’est quelque chose que je pourrais travailler et développer? Est-ce que, si je m’y mettais sérieusement, je pourrais moi aussi être forte en math? Ou est-ce que, biologiquement, mon cerveau n’est pas fait pour ça? Je ne sais pas si cette question a une réponse scientifique. Je sais juste que j’y pense constamment et que j’aimerais bien vous embêter avec mes questionnements existentiels plutôt que de les relâcher sur mon chum sans défense.

Comme vous pouvez le voir, curieusement, c’est de faire des trucs en dehors des réseaux sociaux qui m’a donné l’envie de revenir sur soya et chocolat. J’avais tellement le goût de vous parler de tout ça!

Ma réflexion ne concernait toutefois pas que mon utilisation en tant que consommatrice, mais aussi comme créatrice amateur. Ça ne paraît peut-être pas, mais ça demande une bonne dose de vulnérabilité que de publier des articles. En vous faisant entrer dans mon univers, je m’expose à la critique. J’ai beaucoup de chance parce que la popularité de mon blogue n’a jamais atteint des proportions démesurées. Comme je ne tiens pas à en faire mon métier, ça fait bien mon affaire. La plupart d’entre vous sont là depuis des années, connaissent bien mon style d’écriture (mon ton parfois sarcastique entre autre) et savent qu’il faut en prendre et en laisser. Vous n’avez pas besoin d’être toujours d’accord avec moi et vis et versa, mais ça ne nous empêche pas de pouvoir partager. En même temps, est-ce que cette vulnérabilité a une utilité? C’était ça ma grande question des derniers mois. J’ai beau ne pas vouloir faire de mon blogue ma carrière, ça ne m’empêche pas de vouloir faire une toute petite différence dans la vie de mes lecteurs. Je ne publie rien de révolutionnaire alors je n’ai aucune prétention de changer des vies, mais j’aime quand même penser que je peux vous inspirer à essayer des recettes végés ou à amener vos sacs réutilisables à l’épicerie ou à découvrir un podcast ou un livre ou un autre créateur dont vous n’auriez jamais entendu parler autrement. C’est difficile de savoir si j’ai ce genre d’impact parce que les gens ne prennent plus le temps de commenter de nos jours (moi la première-là! Ce n’est pas une accusation, simplement une constatation). Est-ce que je serais mieux d’écrire carrément un journal intime dans ce cas? Ça fait un mois que j’ai un beau calepin qui traîne sur la table du salon pour écrire mes pensées ou n’importe quoi qui me passe par la tête. Il est encore vierge…

Bref, trois mois d’aller-retour à savoir si je reviens ou pas et, si oui, de quelle façon (consommatrice/créatrice/les deux) ne m’auront pas mené à une décision définitive. C’est probablement un questionnement sans fin parce que je change moi-même tous les jours (et parce que je suis Balance alors les décisions, ce n’est pas mon fort à la base). Tout ce que je sais, c’est que ce matin, j’avais le goût d’écrire et d’échanger avec vous alors me voilà.

Avant de vous quitter, j’aimerais savoir ce qui vous plaît le plus sur soya et chocolat. Les recettes? Les menus? Les idées d’entraînement (même si ça fait un bout que je n’en ai pas publié)? Le minimalisme? Le zéro déchet? Les récits de mes visites au resto ou de voyages? Les articles découvertes? Le placotage comme aujourd’hui? Laissez-moi savoir et je verrai si je peux vous satisfaire!

Bonne journée!

 

Publicités