15 choses à savoir pour votre road trip en NZ

antonin nouvelle zelande

Bonjour bonjour!

Je suis revenue de la Nouvelle-Zélande il y a quelques mois déjà, mais ma tête et mon cœur sont encore à l’autre bout du monde. J’ai adoré notre voyage, les paysages, la route, nos randonnées, la van, le temps avec mon chum, tout. Le jour de notre retour, j’étais prête à recommencer notre itinéraire au tout début. Je crois que notre road trip s’est glissé au premier rang de mes voyages favoris, c’est tout dire. Si vous êtes fans d’aventures, de beaux paysages et de road trips, ajoutez la Nouvelle-Zélande sur votre liste! La trentaine d’heures de vol (plus ou moins selon le prix que vous êtes prêts à débourser pour votre billet d’avion) en vaut la peine!

Si vous pensez visiter ce pays bientôt, particulièrement si vous souhaitez le faire en van ou en voiture, cette liste de trucs utiles pourrait vous intéresser. J’ai écrit le même genre d’article sur presque toutes mes destinations des dernières années. Vous pouvez les voir sur la page Voyages.

1. La durée

Première chose importante à savoir, la Nouvelle-Zélande est constituée de deux îles. Même si ce pays a l’air minuscule par rapport à sa voisine australienne (il est même souvent oublié des cartes du monde), comptez au moins deux semaines complètes par île pour bien visiter. Les avides de randonnées pourraient y passer deux mois facilement! Si, comme nous, vous avez moins de trois semaines de vacances, pensez à ne visiter qu’une île ou à vous en tenir à certaines zones.

2. L’arrivée et le départ

La plupart des vols internationaux vous débarqueront à Auckland, la plus grosse ville du pays. C’est l’endroit idéal pour prendre possession de votre véhicule pour la durée de votre séjour. Le meilleur conseil qu’on nous a donné pour notre voyage : prendre possession de la van à un point A et la laisser à un point B (surtout si vous visitez les deux îles). La compagnie de location vous chargera un frais supplémentaire pour un voyage one-way (environ 250$), mais vous sauverez en ferry (voir le point #7), en gaz (voir point #6) et en temps. Nous avons pris la van à Auckland sur l’île du Nord et l’avons laissée à Christchurch sur l’île du Sud.

3. Les douanes

Tout article sur la Nouvelle-Zélande se doit d’aborder le sujet des douanes. Comme il s’agit d’un pays constitué d’îles, la réglementation concernant la préservation de l’environnement est particulièrement stricte. Avec la quantité de touristes qu’ils reçoivent chaque année, ils n’ont vraiment pas le choix. Pour éviter des soucis inutiles, ne passez aucune nourriture aux douanes (autant les produits frais que transformés, vous ferez vos emplettes dans une épicerie en arrivant) et lavez les semelles de vos souliers avant votre voyage. Si vous amenez de l’équipement de camping ou de hiking, assurez-vous qu’il ne reste aucune terre, sable ou autre résidu organique. Les douaniers prennent ça très au sérieux. Ils vont vérifier votre équipement et des chiens sont sur place pour repérer toute bouffe non-déclarée. Vous devrez payer une forte amande si vous omettez de déclarer des aliments ou des pièces d’équipement. Ne prenez pas de chance.

4. La location de la van

Je suis prête à gager que vous avez au moins un ou une amie qui ont fait un road trip en Nouvelle-Zélande. C’est un pays reconnu pour ça donc l’offre de location est vaste. C’est certainement un avantage pour les consommateurs, mais ça rend le choix difficile à faire. De un, il faut faire confiance à une compagnie à l’autre bout de la planète (et pour un gros montant d’argent). De deux, il faut cibler nos besoins versus nos désirs et respecter notre budget. Pour comparer l’offre des différentes compagnies, je vous recommande d’aller faire un tour sur Rankers. Après des heures de recherches, nous avons opté pour Mad Campers, une jeune compagnie néo-zélandaise. Je n’hésiterais pas à les recommander! La van était parfaitement propre (je suis difficile là-dessus) et le service à la clientèle était impeccable.

roys peak

5. Self-contained

Dans la liste de nos besoins pour la van, nous voulions une boîte de vitesse automatique, un espace lit/table et une certification self-contained. Cette certification (qui se traduit par un collant bleu sur votre van) signifie que vous avez une toilette et un système de récupération d’eaux grises (vos eaux usées après le brossage de dents ou votre eau de vaisselle par exemple) à bord. Ça fait aussi partie des réglementations pour préserver l’environnement. Vous ne pouvez pas uriner ou faire vos besoins dans la nature (même si vous l’enterrez après) ou laver votre vaisselle dans les plans d’eau. J’aurais tendance à vous dire que c’est plutôt la base, mais ça semble difficile à comprendre pour certains. Bref, si vous avez la certification self-contained, vous pouvez dormir dans des campings moins équipés et donc moins chers (parfois gratuits ou sur contribution volontaire). Généralement, même ces campings possèdent des toilettes (parfois juste chimiques par contre) donc nous n’avons jamais eu à utiliser celle dans notre van (à notre plus grand bonheur ahah!). Grâce à notre certification, nous avons pu nous stationner gratuitement pour la nuit presque une nuit sur deux.

6. Le prix du gaz

Si vous pouvez sauver des sous sur le camping, faites-le, parce que ce n’est clairement pas sur le gaz que vous ferez des économies. Quand le prix du litre tourne autour de 1,80$ à 2,40$ NZD, ça fait un petit pincement au cœur chaque fois que vous faites le plein. Vous pouvez planifier votre itinéraire pour revenir sur vos pas le moins possible (il n’y a qu’une seule route pour se rentre à Milford Sound, donc vous n’aurez parfois pas le choix), mais il faudra prévoir une bonne partie de votre budget pour l’essence. À titre indicatifs, nous avons dépensé environ 670$ CAD en essence pour 18 jours en van.

7. Le ferry

Comme je le disais précédemment, le pays est principalement divisé en deux grosses îles. Le Détroit de Cook qui les sépare est tellement vaste qu’aucun pont ou tunnel sous-marin ne les relient. Vous pouvez prendre un vol interne pour une centaine de dollars, mais si vous êtes en véhicules motorisés, vous devrez prendre un des ferries qui relient Wellington et Picton. Deux compagnies font ce trajet plusieurs fois par jours, 365 jours par année : Interislander et Blueridge. Les prix (environ 315$ NZD) et les trajets (de 3 à 3,5 heures) sont comparables donc allez-y au feeling ou avec l’horaire qui vous convient le mieux. Si vous n’avez pas le mal de mer, c’est une super belle traversée. Dans mon cas, j’avais juste hâte d’arriver. 😛

8.  Les cartes SIM

Si j’avais un seul conseil à vous donner pour votre road trip au pays des Kiwis, ce serait de vous acheter une carte SIM dès votre arrivée (laissez la vôtre à la maison pour ne pas la perdre). Votre téléphone doit être débloqué mais c’est une procédure assez simple que vous pouvez généralement faire vous-même sur le site web de votre fournisseur. Je crois que les téléphones les plus récents sont maintenant vendus débloqués. À vérifier! En arrivant à Auckland, une dizaine de vendeurs seront à la boutique hors-taxe pour vous vendre une carte SIM valide pour 30 jours à un prix avantageux. Pour environ 40$, vous aurez droit à 4 GB de data, 200 mins d’appels, les textos illimités et accès à plusieurs réseaux sociaux gratuitement (pour partager toutes vos belles photos sans retenue!). Juste pour Google Maps, ça vaut 100% la peine. Assurez-vous toutefois de restreindre l’utilisation du data sur vos applications inutiles (comme le calendrier, les contacts, etc.). Le calendrier d’Antonin a bouffé 500 meg de data en 2 jours! Une chance qu’on s’en est rendus compte rapidement…

9. Conduire à gauche

La chose la plus importante à savoir sur les routes néo-zélandaises : le volant est à droite et ils roulent à gauche (comme au UK). J’avais un peu d’appréhension, mais finalement, ça s’est super bien passé. Par soucis de transparence, je dois vous avouer que j’ai été passagère 100% du temps, mais au début, on conduisait à deux. Je gardais les yeux sur la route autant que mon chum pour être certaine qu’on circule dans la bonne voie, qu’on tourne au bon endroit dans une intersection, qu’on soit bien centrés entre les lignes, etc. C’est quand même une bonne courbe d’apprentissage au début! Mon chum a toutefois fait ça comme un pro. Le plus stressant a été de sortir d’Auckland (c’est la plus grosse ville du pays donc il y a plus de voies et plus de trafic qu’ailleurs), mais le reste s’est fait super facilement. Donnez-vous environ 1-2 jours et vous serez 100% à l’aise. À votre retour, ça vous fera bizarre de circuler à droite ahah!

dunedin

10. Quelques conseils routiers

Les Néo-Zélandais sont très respectueux sur les routes. La limite est à 100 km/h et ils roulent à 100 km/h. La plupart des autoroutes du pays ne comportent qu’une voie dans chaque sens alors vous verrez que 100 km/h, c’est beeeen en masse, surtout quand un 18 roues chargé de plusieurs tonnes de billots de bois passe à moins de 2 pieds de votre van… Sur du plat, on roulait généralement autour de 90 km/h, donc on s’assurait de laisser passer les plus petites voitures plus rapides dès que possible. En montagne, vous croiserez souvent des baies de dépassement. Elles sont bien différentes des voies de dépassement du Québec qui s’étirent sur plusieurs centaines de mètres. Les baies de dépassement néo-zélandaises sont vraiment courtes (elles peuvent accommoder deux à trois vans ou campeurs max) donc vous devez vous y arrêter pour laisser passer les voitures. Vous croiserez également plusieurs ponts qui ne peuvent laisser passer qu’une seule direction à la fois. Un panneau situé un peu avant l’entrée du pont vous laissera savoir si vous avez priorité ou pas. Si vous n’avez pas la priorité, arrêtez-vous à la ligne prévue à cet effet et attendez que les voitures en sens inverse aient quitté le pont (ce n’est pas une voiture à la fois comme un stop). Vous pouvez toujours voir au loin si d’autres véhicules s’en viennent. Il n’y a vraiment pas tant de monde que ça sur les routes, vous n’attendrez jamais très longtemps. Il y a aussi beaucoup de ronds points donc si ça ne fait pas partie de vos habitudes, écoutez quelques vidéos pour comprendre qui a la priorité. Finalement, comme au Québec, assurez-vous de donner la priorité aux piétons et laissez suffisamment d’espace aux vélos lorsque vous les dépassez. Il y a plusieurs vidéos sur les règles routières de la N-Z sur YouTube si ça vous intéresse!

11. Quatre saisons

Même si vous visitez le pays en plein été, assurez-vous de mettre des vêtements pour toutes les saisons dans vos valises! Comme la Nouvelle-Zélande est située dans l’hémisphère Sud, il fait chaud au Nord et froid au Sud. Vous porterez des shorts à Auckland et regretterez de ne pas avoir amené votre manteau d’hiver à Milford Sound. Si, comme nous, votre van est petite et qu’il vous faut ouvrir toutes les portes pour cuisiner quoique ce soit, vous serez contents d’avoir une tuque, des gants, un foulards et plusieurs couches de vêtements. Si c’était à refaire, j’amènerais aussi un sac de couchage parce que les draps et couvertes fournies par la compagnie de location n’étaient pas suffisants pour nous réchauffer pendant la nuit. On a gelé pendant une semaine (même en dormant tout habillés avec une tuque).

12. Tout trouver

Selon moi, l’application Camper Mate est absolument indispensable pour un road trip en Nouvelle-Zélande! On la consultait pour absolument tout! Croiserons-nous une épicerie sur la route demain? Où pouvons-nous arrêter mettre de l’essence? Faut que j’aille aux toilettes, est-ce qu’il y a des W.C. proche? On dort où ce soir? C’est particulièrement intéressant si vous souhaitez faire du Freedom Camping (les campings gratuits dont je vous parlais plus tôt). Vous ne pouvez pas vous garez où vous voulez, même en Freedom Camping. Vous pouvez essayer si vous trouvez un coin loin de la route, mais vous risquez de vous faire réveiller par la police en pleine nuit et d’écoper d’une grosse amande. Pour nous, ça ne valait pas la peine. On choisissait notre site en fonction du prix (idéalement 0$) et des commentaires laissés par les autres utilisateurs. Nous les avons presque tous adorés. 🙂

Rankers a une application du genre aussi, mais je la trouvais moins user friendly...

13. Vivre végé

Nous avons cuisiné la grande majorité de nos repas dans la van (il fallait bien économiser quelque part ahah!) donc nous étions rendus à l’épicerie aux deux-trois jours. Pas trop le choix avec un frigo de 15L. 😛 Nous n’avons jamais eu de problème à trouver des options végétaliennes en épicerie. Il y a des laits végétaux, des yogourts de noix de coco, du tofu, des végé-burgers, etc. Attendez-vous à payer un peu plus cher qu’ici pour votre épicerie, mais ce n’est pas l’enfer non plus.

Quand nous rejoignions une grande-ville, nous nous gâtions parfois avec une visite au resto. Dans ces moments-là, Happy Cow nous aidait à trouver les options végés disponibles. Il y en avait moins que je n’aurais pu penser pour un pays aussi vert, mais on n’est jamais mort de faim non plus. Il y a toutefois du lait végétal dans TOUS les cafés, même dans les coins les plus reculés. Et leurs cafés sont tellement bons. Je m’ennuie de nos grands cappuccinos au lait de soya!

14. Les gens sont accommodants

Il n’y en n’a pas de problème en Nouvelle-Zélande. Antonin et moi avons facilement pu changer deux fois la journée de notre réservation pour le ferry sans frais. Nous sommes arrivés une journée plus tôt que prévu à Tongariro et les propriétaires du camping nous ont laissé dormir dans le stationnement (aux mêmes frais que le camping, mais quand même!). Chaque fois qu’on demandait quelque chose, on nous répondait une variante du genre of course! ou no worries!. On aime ça!

15. $$

Un tout petit point sur l’argent en finissant : les taxes sont incluses sur les prix affichés en restaurants et en magasins (c’est pas fantastique ça? Pourquoi on ne fait pas ça ici?) et il ne se donne pas vraiment de pourboire. Les serveurs ne seront pas offusqués si vous en laissez, mais ils n’en attendent pas non plus. Ça explique un peu les prix plus élevés en restaurants. Si on tient compte que ça comprend déjà les taxes et le pourboire, ça revient à peu près à la même chose qu’ici.

***

Voilà qui fait le tour de mes 15 trucs à savoir sur la Nouvelle-Zélande! Si ça vous intéresse, je pourrais vous parler de notre itinéraire de 19 jours (18 en van, 1 en airbnb).

À bientôt!

Publicités