Mes statistiques

Bonsoir,

Première course avec ma Garmin 305 GPS! J’étais vraiment stressée de voir si je courais comme une tortue ou si je me débrouillais pas mal… Finalement, je suis plutôt satisfaite des résultats. Voici mes statistiques (transférées en kilomètres) :

  • Durée -» 52:11 minutes
  • Distance -» 8,7 kilomètres
  • Moyenne -» 6 mins/km

Je pense que je suis prête pour le 10 km de LaSalle (le dimanche 28 mars). Avec l’adrénaline et la motivation transmises par les autres coureurs, je pourrais peut-être réussir à le faire en une heure… C’est clair que je suis loin du rythme des champions mais, comme ce serait ma première expérience de course, seulement d’être capable de la compléter me comblerait de bonheur. Je crois qu’il est temps de partager ma petite histoire de genoux… Ça va vous éclairer un peu sur la raison de ma passion pour la course et l’entraînement.

***

À l’aube de l’adolescence, Alexe est une fille tout ce qu’il y a de plus normale. Elle aime toujours jouer aux poupées avec ses petites copines du voisinage mais le cache à ses copains de classe qui pourraient se moquer d’elle. Elle aime écouter 4 1/2 et La Petite Vie en famille après l’heure des devoirs. Elle mange son spaghetti et ses lasagnes sans sauce, mais adore les Frosted Flakes et les Froot Loops.

L’été de ses 11 ans s’annonce magique ; toute la famille ira passer quelques jours à Toronto puis à Niagara Falls. Évidemment, une journée a été prévue pour visiter le parc d’attractions Canada’s Wonderland! Le matin en question, l’excitation est à son comble, les deux petites soeurs  ne tiennent plus en place! Sitôt la voiture arrêtée, Alexe s’élance… et tombe. Son genou gauche est complètement bloqué, plusieurs minutes de massage seront nécessaires pour délier les ligaments. Finalement, c’est dans une chaise roulante qu’elle passera cette journée tant attendue.

De retour au Québec, un médecin diagnostique une tendinite. Mais voilà, ça ne guérit pas. À tout moment, le genou continu de se coincer. À chaque fois, Alexe soit s’asseoir et le masser pendant quelques minutes. Les mois passent et le médecin est de plus en plus perplexe.  Les orthèses n’améliorent pas le problème. Après avoir fouillé tous ses livres de médecine, il se déclare vaincu et envoie Alexe chez un pédiatre.

Dès le premier rendez-vous, ce dernier fait une radio du genou de l’adolescente. Son verdict : une excroissance osseuse. Une petite corne a poussé sur l’os et les tendons y frottent à chaque mouvement. Une opération est prévue quelques mois plus tard. Malgré un réveil plutôt brutal (nous allons vous épargner les détails), c’est un succès. L’excroissance a des chances de repousser, mais pour le moment, il ne reste que ce qu’y devrait y être!

Malheureusement, tout ne se sera pas aussi facile. Les tendons sont en mauvais état et les mouvements répétitifs causent des tendinites et des bursites. L’adolescente passe souvent une partie de ses cours de danse à regarder les autres exécuter les mouvements pour « économiser » son genou. Elle aimerait bien courir, mais sait que ses tendons n’apprécieront pas l’expérience. Les années passent et Alexe reste plutôt sédentaire.

Un an après sa sortie du collège, la jeune femme emménage définitivement à Montréal et souhaite perdre un peu de poids pour améliorer sa santé physique et peut-être un peu son moral aussi. Elle s’inscrit à des cours d’aérobie, mais après quelques séances, son genou agonise… Au bout du désespoir, elle va demander conseil auprès d’un entraîneur privé qui lui crée un programme personnalisé. Les « squats », les fentes et autres trucs du genre sont proscrits, mais il trouve deux exercices pour les jambes qui ne la font pas souffrir.

Au départ, Alexe se présente au centre 2 fois par semaine puis, heureuse des résultats, elle y va bientôt 3 à 4 fois. À son retour de trois semaines de voyage en 2007, elle décide d’y aller 5 fois pour rattraper le temps « perdu »… C’est définitif, elle a la piqûre! Poussée par un nouvel entraîneur, elle essaie d’intégrer les « squats » et les fentes à son programme. Ses problèmes de genoux ont disparu! Les muscles qu’elle a développés au cours de ses deux années d’entraînement lui permettent maintenant de faire tout ce qu’elle veut. Et si elle tentait la course? Non, impossible… Ah ouin?

***

Wow, désolée pour la longueur du texte! J’en avais beaucoup à dire. Chaque fois que je repense à tout ça, je deviens super émotive. Je n’aurais jamais cru que je serais en mesure de courir un jour. Repousser mes limites au gym m’a fait prendre conscience de tout ce dont j’étais capable. Voilà, en gros, pourquoi je suis aussi passionnée par la course et l’entraînement. Participer à ma première course officielle représente, à mes yeux, le point culminant de toute cette transformation.

Côté bouffe, en revenant de ma course, je n’avais pas du tout d’appétit. Je me suis lancée dans la préparation d’une nouvelle recette de barres granola au beurre d’arachides et j’ai eu la mauvaise idée de mélanger le tout avec mes mains… J’en avais partout! Après avoir grignoté tout ce qui était resté pris sur mes doigts, j’avais déjà une moitié de collation! Pour la deuxième moitié, j’ai mangé une pomme Cortland mûre comme je les aime.

Pour souper, j’ai refait une aubergine gratinée présentée sur un lit d’épinards!

Vous aurez ma nouvelle recette de barre granola très bientôt, promis (moi, je vais sûrement allée en piquer un petit morceau plus tard…)! Elles sont à se rouler par terre (pour les amateurs de beurre d’arachide seulement par contre)!

Bonne fin de semaine à tous!

Publicités