Le vrai début… la suite

Bonjour!

Tout d’abord MERCI pour tous vos beaux commentaires sur mon article d’hier! J’ai adoré en apprendre plus sur vos histoires personnelles. J’adore écrire mais j’aime encore plus vous lire! Aussi, désolée de couper mon histoire en plusieurs parties mais c’est très long à écrire!!

Pour ceux qui auraient manqué l’article d’hier, il est important de commencer par ce dernier avant d’entamer la lecture du billet de ce soir. Ce serait comme de commencer par Harry Potter : les reliques de la mort avant Harry Potter à l’école des sorciers (major nerd alert : le dernier film sort le 15 juillet!).

Aussi, je tiens à mentionner que nous aborderons encore le sujet sensible de la perte de poids donc, si vous n’êtes pas confortable avec ce type de conversation, mieux vaudrait éviter de lire ce qui suit. Je serai de retour avec une recette très bientôt!

Nous en étions donc à l’hiver 2005. En février, je me suis inscrite au Énergie Cardio près de chez moi (celui où je travaille en ce moment). Dans les premiers mois de mon entraînement, j’ai pris 3 ou 4 livres supplémentaires. Mon emploi me démoralisait, j’étais seule dans une grande ville qui m’intimidait au plus haut point et je me trouvais moche. Je trouvais malheureusement refuge dans la nourriture comme bien des filles le font. Je ne m’alimentais pas mal, je mangeais simplement trop. Comme je m’entraînais, j’avais besoin de manger plus non? Non. Ça prend un certain niveau d’entraînement avant de pouvoir parler de dépenses caloriques significatives et, deux cours d’aérobie par semaine, ce n’est pas suffisant pour vous permettre d’engloutir trois bols de Corn Flakes par soir en plus d’un bon souper et d’un dessert.

J’ai eu beaucoup de difficulté à mettre la main sur des photos «avant car je ne me laissais pas photographier facilement!

(Noël 2005)

Je vais en venir à comment je suis finalement arrivée à perdre 20 livres (9 kg) mais avant, je tiens à préciser que mon cheminement ne s’est pas fait sans anicroche.

Les huit premières livres ont fondu comme neige au soleil quand j’ai changé de pilule contraceptive. Méchante rétention d’eau! Sans changer mes habitudes alimentaires ou la fréquence de mes entraînements, je venais de perdre une taille de pantalon! Par la suite, j’ai cessé de manger compulsivement, j’ai augmenté mon nombre de visite au gym de 2 à 3ou 4 par semaine et j’ai également commencé à faire de la musculation.

Au début 2006, après avoir perdu un autre huit livres, j’avais atteint un poids qui me plaisait. C’est là que j’ai développé une passion pour l’entraînement. J’étais transformée, autant physiquement que mentalement alors je me suis donnée comme mission d’aider tout ceux qui le souhaitait à se prendre en main comme je l’avais fait! Je suis passée de la fille qui avait peur de tout et qui n’osait jamais rien à une jeune femme débordante d’énergie et prête pour l’aventure.

(août 2006)

Bref, j’étais heureuse comme jamais mais ça a été de courte durée.

À l’automne 2007, l’entreprise pour laquelle je travaillais s’est mise sous la loi de la protection de la faillite et, encore une fois, j’ai passé mes émotions dans la nourriture. Je venais de découvrir des blogues de cuisine et je m’amusais à cuisiner des gâteaux et des muffins pour mes collègues. Bien évidemment, j’en mangeais plus que ma dose au passage (parmi les bols de céréales tardifs)! Avec tout ce stress qui me tenaillait, j’ai fini par reprendre près de 6 livres malgré mon assiduité au gym.

En juillet 2008 mon avenir professionnel était toujours incertain mais j’ai réalisé que personne d’autre que moi n’avait d’emprise sur mon destin. Si je perdais mon emploi, j’en trouverais un autre. En attendant, si je voulais que les choses changent, c’était à moi de le faire. J’en avais marre d’être mal dans ma peau et d’être serrée dans mes vêtements. Mes pantalons me sciaient la taille en deux et mes chemises m’emprisonnaient comme un saucisson.

(Noël 2007)

Cette fois, grâce à un bon plan d’attaque, je n’ai mis que trois mois pour perdre 10 livres. Depuis l’automne 2008, je maintiens mon poids santé sans aucune difficulté. J’ai perdu mon emploi quatre fois depuis mais jamais plus je n’ai laissé une mauvaise nouvelle affecter mes bonnes habitudes de vies. Il m’arrive encore parfois de manger compulsivement et je n’arriverai peut-être jamais à cesser complètement. Toutefois, j’arrive à reprendre le contrôle dès le prochain repas. Je ne laisse pas une mauvaise journée devenir deux, puis trois, puis une semaine.

«I am the master of my fate, I’m the captain of my soul

«Je suis le maître de mon destin, je suis le capitaine de mon âme.»

– Nelson Mandela

***

Mon plan d’attaque demain…

Publicités