Le syndrome patellofemoral

Bonjour!

Êtes-vous prêts pour un peu de science?

Woohoo? Y’a quelqu’un ou vous êtes tous partis? Je vous promets que je serai brève et pas trop ennuyante. Personnellement, je déteste les sciences physiques et la chimie mais j’adore la science du corps humain. Je trouve absolument fascinant d’étudier le fonctionnement des os, des muscles et tout ce qui travaille pour produire un mouvement (ne me montrez pas une facture ouverte par contre, j’aime mieux que les os et les muscles restent bien cachés).

Lorsque je me suis blessée il y a trois semaines, une des premières choses que j’ai faite a été de sauter sur le Web pour tenter de comprendre ce qui arrivait à mon corps. J’ai eu ma part de tendinites et de bursites dans ma jeunesse mais toujours dans le genoux gauche alors que, cette fois-ci, la douleur est située sur le devant du genoux droit. Je ne suggère à personne de s’auto-diagnostiquer, je crois fermement qu’il faut consulter un spécialiste pour toute douleur récurrente ou aigüe afin d’éviter d’aggraver la blessure. J’ai rencontré un physiothérapeute sportif pour confirmer mes doutes et pour avoir des conseils sur la réhabilitation mais, au moins, grâce à mes recherches, je savais de quoi il me parlait.

Je souffre donc du syndrome patellofemoral, un mal très commun chez les gens actifs, particulièrement les coureurs et les cyclistes.

Un peu d’anatomie

patella

La patella (communément appelée rotule) se déplace de plusieurs façons pour permettre les mouvements au niveau du genoux. Plusieurs forces agissent sur la patella afin de s’assurer qu’elle se déplace correctement mais le frottement entre sa face postérieur et le fémur (l’os de la cuisse) se produit tout de même à certains endroits. C’est ce contact répété qui entraîne la douleur patellofemoral.

La cause

Les spécialistes ne s’entendent pas sur la cause exacte de cette douleur puisqu’il semblerait y en avoir plusieurs :

  • Un usage répété (chez les gens actifs)
  • Une surcharge (trop de poids crée une force inutile sur le genoux)
  • Un mauvais enlignement des membres inférieurs
  • Des pieds en pronation ou supination (plats ou trop archées)
  • Un débalancement musculaire

Je m’entraîne beaucoup (c’est relatif, personnellement, je trouve que non mais, apparemment, 6 fois par semaine c’est beaucoup même si l’entraînement dure moins qu’une heure), j’essaie de soulever toujours plus lourd au gym, j’ai les genoux qui tournent vers l’intérieur et les pieds plats, bref, selon mon physiothérapeute, cette douleur allait inévitablement survenir un jour. Si ce n’était pas arrivé au spinning il y a deux semaines, ça aurait simplement été ailleurs.

cycling-knee-pain

(source de l’image)

Les symptômes

La douleur est présente sur le devant du genoux. Elle disparaît parfois lors de l’exercice ce qui donne l’impression au patient que la guérison est sur la bonne voie. Erreur, ça fait dix fois plus mal après. Aussi, avoir les genoux fléchis pendant une période prolongée et monter ou descendre les escaliers augmente la douleur. Il peut aussi y avoir un semblant de «poussières» à l’intérieur du genoux lorsqu’on déplace la patella manuellement. Ça c’est de l’usure mes amis!

Le traitement

La réhabilitation sera différente pour chaque personne puisque la douleur n’est pas causée par les mêmes facteurs pour tous. Dans mon cas, il s’agit de travailler sur le renforcement de mon vastus medialis (la partie du quadriceps située sur le côté intérieur de la cuisse) et de mes fessiers ainsi que sur l’enlignement de mes genoux lors des flexions/extensions.

Mon physio m’a donné une série d’exercices à faire une fois par jour à raison de 20 minutes par séance. Je dois également éviter toutes activités qui sollicite un travail de mes genoux pour deux semaines. J’ai le droit de marcher jusqu’au gym (pour travailler) mais pas de prendre de grandes marches pour le plaisir ni même d’aller travailler en vélo…

Comme j’ai mal lorsque mon genoux est plié pendant longtemps, je tape à présent mes articles allongée sur le lit ou le sofa. J’ai donc maintenant mal au dos. 😛

Je prends également des anti-inflammatoires au besoin. J’évite généralement les médicaments si c’est seulement pour le mental (si mon corps a mal, j’aime mieux le savoir) mais le physio a dit que ça aiderait également mon genoux alors j’obéis.

Il est parfois recommandé de poser de la glace sur les genoux irrités mais Randall a dit que ce n’était pas nécessaire dans mon cas. Tant mieux parce que la pression causé par le Icepack sur mon genoux me donnait encore plus mal par la suite.

Runner_knee

(source de l’image)

La suite

Cette section-là est remplie de mes propres questions!

  • Est-ce que je retrouverai mon genoux d’avant?
  • Est-ce que je serai toujours en mesure de courir un marathon?
  • Est-ce que je vais devoir dire adieu à mon exercice préféré, les squats?
  • Est-ce que je devrai poursuivre mes exercices de réhabilitation pour le restant de mes jours?
  • Quand vais-je pouvoir recommencer à courir, à spinner et à m’entraîner?

Je rencontrerai à nouveau Randall la semaine prochaine pour tenter d’obtenir des réponses à toutes ces questions. Lors du dernier rendez-vous il avait l’air assez optimiste donc j’ai bon espoir d’avoir le feu vert pour une retour à l’entraînement. Je promets d’y aller mollo!

Et voilà! Pas trop pire les sciences finalement?

Avez-vous déjà souffert du syndrome patellofemoral? Avez-vous d’autres blessures qui vous empêchent de pratiquer vos sports préférés?

Dites-moi!

Bonne journée!

Publicités