Défi d’alimentation vivante – une semaine plus tard

Bonjour bonjour!

Merci à tous ceux et celles qui ont participé au CONCOURS 300! Le nom de l’heureuse élue est affiché au bas de l’article du concours! Félicitations à la gagnante!! 🙂

grawnola et pouding au cacao

(grawnola pomme et cannelle et pouding vivifiant au chocolat)

Maintenant, puisqu’une semaine s’est écoulée depuis le début de mon défi d’alimentation vivante, le temps est venu de faire un petit retour sur mes repas et mes impressions sur les sept derniers jours.

Lorsque j’ai commencé ce défi, Antigone XXI, qui s’y connait beaucoup en alimentation vivante (allez visiter son blogue pour plein d’infos et de recettes à ce sujet!), m’a mise en garde sur les effets de détox qui pourraient se manifester en passant directement à une diète 100% vivante. Heureusement pour moi, une bonne partie de mon alimentation reposait déjà sur des aliments crus et, même en plein défi, une fraction de mes repas ne sont pas entièrement crus (voir la liste des ingrédients non-crus que je consomme toujours dans mon article d’introduction au défi). J’ai quand même pris soin de googeler les symptômes possibles juste au cas.

IMG_4079

(bruschettas sur craquelin de graines de lin et basilic)

Je me suis trouvée plutôt comique de ne pas avoir pensé à cet aspect du défi avant… Pour moi, cette aventure avait surtout pour but de me sortir de ma zone de confort et d’essayer de nouvelles recettes et de nouvelles méthodes de préparation des aliments. Oh et aussi de me donner une bonne raison de jouer avec mon nouveau gadget culinaire (peut-on appeler ça un «gadget» si ça occupe la moitié de ma table de cuisine?)…

sandwich

(pain de pulple et lin, tartinade de graines de tournesol, betterave, carotte, luzerne, avocat, levure nutritionnelle et sauce au beurre d’amande)

Toutefois, en sachant qu’il pourrait y avoir des bénéfices tout comme quelques inconvénients au fait de manger vivant pendant 21 jours, j’ai décidé de prendre en notes les impacts sur ma santé, mon corps, mon humeur, etc. Après quelques jours, j’avais déjà rempli une page de notes. Avant de poursuivre votre lecture, je veux m’assurer que vous gardiez l’esprit ouvert. Plusieurs des trucs mentionnés plus bas ne sont pas nécessairement ou uniquement dû au fait que je mange cru depuis sept jours. Il se peut fort bien qu’il ne s’agisse que d’un effet placebo ou une réaction à d’autres changements pas du tout en lien avec ma diète. Aussi, chaque personne est différente donc il est impossible de savoir si vous réagiriez de la même manière.

macarons

(macarons au coconut et au chocolat – a.k.a pourquoi ma soeur vient souvent souper chez nous)

Défi – jour 1 à 7

  • J’ai beaucoup d’énergie, surtout au niveau de l’endurance. J’ai l’impression que j’aurais pu courir plus longtemps dimanche alors qu’habituellement, après mes 30 minutes, je suis une loque humaine. Toutefois, lors de mon entraînement musculaire pour les bras de mardi, j’ai eu de la difficulté à compléter mes séries (quand je force trop, mes paupières se mettent à sautiller et ça devient vite fatiguant). J’ai gardé les mêmes charges qu’à l’habitude mais j’ai changé l’ordre des mouvements ce qui pourrait expliquer ce petit recul.
  • J’ai de la difficulté à m’endormir le soir. Depuis une semaine, on dirait que j’alterne les nuits de 3 heures de sommeil et les nuits de 8-9 heures. J’espère que ça va se stabiliser avant mon retour au boulot la semaine prochaine!
  • Les quatre premiers soirs, j’avais des gargouillis intenses au point de m’empêcher de dormir. L’alimentation crue est RICHE en fibres et plus riche en gras que ma diète habituelle alors il est normal que mon système digestif passe par une certaine période d’adaptation. Tout semble de retour à la normal depuis trois jours.
  • Ok, les gargouillis sont rentrés dans l’ordre mais les ballonnement, eux, sont toujours là et à la puissance 10 s’il vous plaît. En me levant, j’ai l’air enceinte de 2 mois et, en me couchant, je suis rendue à 6. Encore une fois, j’ai l’impression qu’il faut simplement que mon corps s’habitue mais disons je suis bien contente que ma garde-robe soit bien pourvue en tuniques et en gilets amples…

wrapbetteàcarde

(wrap de bette à carde, tartinade, betterave, carotte, luzerne, concombre, avocat, poivron rouge)

  • J’ai soif. Très, très soif. En hiver, on dirait que j’ai moins tendance à boire mes 2 litres d’eau par jour mais, depuis le début du défi, j’atteins et même dépasse facilement cette quantité. J’ai l’impression d’être constamment déshydratée.
  • Une grande nouveauté : mon ventre gargouille lorsque j’ai faim. Je ne sais pas pourquoi ça ne me le faisait jamais avant… Je pense que c’est parce que j’ai habituellement le temps de sentir la faim venir alors que, depuis le début du défi, je passe de «rassasiée» à «j’ai tellement faim que je mangerais ma main» en l’espace de 10 minutes. Ça, ça doit bien être l’effet le plus étrange de la gang.
  • Je mange moins souvent. Mes plats sont plus riches donc me soutiennent plus longtemps. J’essaie aussi de porter plus attention à mes signaux de faim et de satiété et donc d’attendre d’avoir faim avant de manger. Ça peut sembler évident mais je suis tellement gourmande que ce ne l’est pas pour moi! J’ai l’habitude de manger de 6 à 7 petits repas par jour mais, depuis le début du défi, ça tourne plus autour de 4, parfois 5, repas par jour.
  • Il faudrait que j’ajuste un peu mes quantités par contre. Mon pouding à l’avocat et à la banane est beaucoup plus gras que mon muesli végétalien de même que la tartinade de noix est plus riche que mon humus à l’ail rôti. Je ne m’en fais pas pour les calories mais mon estomac, lui, ne semble pas du tout apprécier l’ajout soudain de tous ces bons gras. Pauvre petit, il n’aura pas eu une semaine facile… 😉

sprouted raw buckwheat

(sarrasin germé et déshydraté – recette à venir)

  • La meilleure nouvelle de la semaine : à part une brève apparition mercredi soir, je n’ai pas eu de nausée de toute la semaine!! Si vous saviez à quel point ces malaises me ruinent la vie… C’est un bonheur que d’en être libérée pendant plus de 48 heures!
  • Mon humeur semble beaucoup plus légère depuis une semaine mais je ne sais pas si on peut attribuer cela au changement alimentaire ou simplement à l’effet stimulant du défi (et à l’absence de nausée). J’adore avoir quelque chose à faire de mes journées et cuisiner de nouveaux plats et vous écrire plus souvent comptent parmi mes passes-temps favoris. Peu importe la source de ce bonheur retrouvé, je ne m’en plaindrai pas!
  • Sur une note moins joyeuse, on dirait que j’ai la varicelle. Je vais vous épargner une photo mais mon visage est parsemé de petits boutons rouges secs. Ça ne ressemble à aucun bouton que j’ai eu par le passé. Heureusement, ça ne démange pas mais, par contre, ce n’est pas très esthétique. Encore un truc qui, j’espère, va s’atténuer avec le temps.

chiapommeetcannelle

(pouding de chia pommes et cannelle – recette à venir)

  • Pendant les 7 premiers jours du défi, j’ai eu la chance d’être à la maison et de ne pas avoir à m’en faire pour les lunchs ou les sorties. Ma seule grosse sortie sociale était le potluck cru samedi soir dernier. Non mais, quelle chance (vous en connaissez beaucoup des occasions sociales de manger cru et végétalien avec 40 personnes?)! Toutefois, à compter de lundi, je travaille tous les jours jusqu’à la fin du défi (et même plus) donc ça va me demander beaucoup plus de préparation. Je vais devoir déjeuner et dîner au bureau du lundi au vendredi et souper au travail les vendredi, samedi et dimanche alors je commence à me mettre des idées de repas en banque. Faire des lunchs est mon activité favorite (sans farce, je veux une famille juste pour pouvoir faire les lunchs de tout le monde) alors ce ne sera pas déplaisant mais c’est juste de trouver quoi amener.
  • Possiblement le deuxième truc le plus surprenant de la semaine (à part l’apparition de vrais signaux de faim) est l’absence totale de «craving». Je m’attendais à m’ennuyer de mes potages, mon humus, mon chili, mes oeufs, etc., mais non, rien. J’irais même jusqu’à dire que j’ai beaucoup plus le goût de manger cru que cuit en ce moment. Je ne sais pas si c’est la couleur des plats (avouez que c’est beau!), les saveurs, les textures ou quoi mais il y a un petit quelque chose de vivifiant à manger cru! Rassurez-vous, je n’ai pas l’intention de prendre un virage 100% cru à la fin de mon défi mais je commence à comprendre pourquoi plusieurs y trouvent leur compte! 🙂

lait d'amandes

(lait d’amandes maison – recette à venir)

  • Un truc qui n’a pas changé : mon goût de sucré à la fin de tous mes repas. Surtout quand je mange un plat comme une salade (même si la salade prend la forme d’un wrap ou un sandwich sur pain de pulpe), je n’arrive pas à me passer d’un petit morceau de chocolat… Ces temps-ci je me tourne vers mes macarons (recette à venir) ou mes truffes chocolatés et mon besoin est comblé. J’aimerais bien diminuer ce goût du sucre mais je ne sais pas comment y arriver. C’est surtout une question de volonté et on dirait que j’en manque à ce niveau-là…

Et voilà qui conclu cette revue de la première semaine de mon défi d’alimentation vivante! Je vais tenter de faire le même exercice pour la semaine qui débute aujourd’hui mais aussi de publier toutes les savoureuses recettes en photos plus haut. C’est hallucinant à quel point chacun de mes plats était délicieux cette semaine. J’ai hâte d’en découvrir encore davantage!

Si vous avez des questions pour moi, n’hésitez pas à les laisser dans les commentaires ou sur facebook

Bonne journée à tous!

Publicités