10 trucs pour économiser à l’épicerie

Bonjour à tous!

J’espère que vous passez tous un très bon long week-end! Je suis présentement dans l’autobus entre Québec et Montréal (Orléans Express offre Wi-Fi gratuitement sur certains trajets, score!). Retour au boulot demain!

Aujourd’hui, nous parlerons «finances». Est-ce que c’est moi ou faire l’épicerie coûte de plus en plus cher?

Digital Image by Sean Locke
Digital Planet Design
www.digitalplanetdesign.com

(source de l’image

Quand on commence à magasiner dans le rayon des produits biologiques et sans gluten, la facture monte vite. Graines de chia, dattes fraîches, bananes équitables, graines de chanvre, beurre de noix de cajou, farines de riz, de tapioca, de quinoa et de pois chiches, bref, mes virées à l’épicerie finissent toujours par me coûter une petite fortune. 😦

grocery bill (source de l’image)

Pour contre-balancer mes goûts un peu plus dispendieux, voici quelques trucs que j’utilise pour économiser à l’épicerie :

  1. J’achète généralement les produits non-périssables (comme les huiles ou les céréales) en grandes quantités. Je vérifie le prix unitaire des produits (par 100g ou 100ml) pour voir lequel est le plus économique.
  2. Si le produit est disponible dans la marque maison et que les valeurs nutritionnelles sont comparables, je prends la marque maison souvent moins cher. La qualité s’équivaut souvent (pas pour le ketchup par contre).
  3. J’achète en vrac! Non seulement ça me permet d’acheter uniquement la quantité de produit dont j’ai besoin mais les prix sont souvent plus avantageux. Assurez-vous que le produit est frais par contre, les noix qui restent des semaines dans les bacs finissent par rancir…
  4. J’achète les produits les moins raffinés possible. En cuisinant moi-même mes pois chiches, mes haricots, mes lentilles, mon riz, mes légumes, etc., plutôt que de les acheter en cannes, j’aide non seulement mon porte-feuille mais aussi la planète et ma santé (moins de sodium entre autre). Je garde les produits en conserve pour les jours où je suis vraiment pressée.
  5. J’achète les gros formats et je les divise moi-même. Par exemple, si j’amène du lait au travail, je le verse dans un pot Masson. Les formats individuels sont toujours plus dispendieux que les gros formats. Sérieusement, qui n’est pas capable de calculer une demi-tasse de flocons d’avoine la matin? Au pire, faites-le la veille et laissez le dans un Tupperware sur le comptoir.
  6. L’été, je cueille ou j’achète de grandes quantités de petits fruits que je conserve au congélateur pour mettre dans mes smoothies et mes muffins pendant l’année. Je fais également ma propre purée de citrouille à l’automne.
  7. J’achète généralement les fruits et légumes qui sont en spécial cette semaine-là. Malheureusement, les rabais sont plutôt rares du côté bio mais je n’achète pas tout dans ce rayons non plus (3 pommes pour 3,49$? Je ne fais pas le salaire de Bill Gates quand même…).
  8. Ça vaut aussi pour les autres produits non-essentiels comme les céréales et les pâtes. Je n’ai pas besoin de céréales le matin donc, si aucune de mes marques préférées n’est en rabais, je m’en passe. Même chose pour les laits végétales : si les valeurs nutritives sont similaires, je vais choisir le moins cher. Pas de chichi.
  9. Lorsqu’un produit dont je raffole et que je consomme en grande quantité (hello beurre de peanut, je parle de toi) est en solde, je fais provision!
  10. Finalement, la grande majorité de mes repas sont faits maison : sauce à spaghetti, pizzas, chili, vinaigrettes, tartinade, craquelins, humus, muffins, biscuits, poudings, etc. En plus de laisser respirer mon porte-feuille, cette habitude me permet de garder un oeil sur les ingrédients. 😉

kitchen

(source de l’image)

Bref, avec tout ça, je réussis à garder ma facture d’épicerie «régulière» dans les limites du raisonnable ce qui me laisse un budget pour les produits bios ou naturels dont je raffole! 🙂

Justement, demain, je vous présente ma version maison et économique d’un produit dispendieux et plutôt difficile à trouver. Tout ce dont vous aurez besoin c’est d’un robot culinaire et un peu de patience.

Avez-vous d’autres trucs pour économiser à l’épicerie qui s’appliquent aux végétaliens? Je ne veux même pas imaginer de quoi aurait l’air ma facture d’épicerie si je mangeais de la viande… Ishhh!

Bonne soirée!

Publicités