Économiser gros

Bonjour!

Le week-end tire déjà à sa fin, c’est presque pas croyable! Combien d’entre-vous profitez des vacances de la construction cette année? Bien que je continuerai de travailler comme à l’habitude, je dois avouer que  j’apprécie grandement ces deux semaines de congé collectif : il y aura enfin de la place pour s’asseoir dans le métro le matin! 😉

Puisqu’on parle de vacances, je me suis dit que ce serait le moment idéal pour répondre à la question qu’Isabelle m’a laissé il y a quelques semaine, c’est à dire, comment ma soeur et moi faisons-nous pour nous payer des voyages partout à travers le monde. Je ne peux pas parler pour ma soeur mais je peux certainement vous présenter ma stratégie.

En fait, c’est hyper-simple, il suffit de couper ailleurs!

(Paris, octobre 2006)

Depuis 2006, je pars en voyage au minimum trois semaines par année. J’ai eu la chance de visiter la France en long et en large, Cuba, Barcelone, Londres, la Californie, la Grèce, l’Italie et l’Australie. J’ai développé une grande passion pour les voyages et j’espère découvrir le plus de cultures possible au cours de ma vie. La raison première pour laquelle je me lève chaque matin pour aller travailler est pour financer mes voyages (et pour me payer du beurre de peanut, évidemment). Pas pour avoir la plus grande garde-robe au monde ou la voiture dont tout le monde rêve ou pour le dernier gadget techno en vogue, pour voir le monde, c’est tout.

Pour arriver à voyager autant que je le souhaite (pas autant mais bon, autant que faire se peut avec trois emplois à temps partiel), je dois être vigilante avec mes finances. Mon quotidien ne doit pas me coûter trop cher pour me permettre d’économiser suffisamment pour partir en vacances.

(Cuba, janvier 2007)

La liste qui suit présente quelques-uns de mes trucs pour y arriver. J’aurai probablement l’air de mener une vie de sœur cloîtrée pour plusieurs mais c’est ce qui fonctionne pour moi. Je n’ai pas l’impression de me priver de quoi que ce soit qui me fasse envie. J’adore ma vie et je ne l’échangerais pas pour tout l’or du monde!

La location

Tout le monde vous dira qu’investir dans l’immobilier est la meilleure chose à faire, que de payer un loyer c’est comme de jeter de l’argent par la fenêtre. Certes, je ne retrouverai jamais l’argent que je paye à mon proprio depuis 7 ans. Toutefois, avec mon salaire, je ne pourrais tout simplement pas me permettre une hypothèque ET des voyages. En fait, je ne pourrais même pas me permettre une hypothèque à Montréal à moins de manger des sandwichs au beurre de peanut trois fois par jour.

La cohabitation

J’ai toujours habité avec des colocataires. Ça permet de couper le prix du loyer en deux mais aussi toutes les autres charges comme le téléphone, l’Internet et l’électricité. Ça n’a pas toujours été le grand amour entre mes colocs et moi mais j’ai aussi rencontré des perles! Les fois où ça va moins bien, je me rappelle pourquoi je le fais et ça passe.

(Barcelone, juin 2007)

La voiture

C’est simple, je n’en ai pas. L’automobile est le pire aspirateur à argent possible : l’achat, les assurances, l’immatriculation, l’essence, les réparations, l’entretien… Bah! Incroyable! J’ai la chance d’habiter dans une ville qui offre d’excellents transports en commun. Je me déplace partout sans problème! Pour les longues distance, je prends le bus ou Allo-Stop!

Le câble

Toutes les émissions se trouvent sur le Web sans les pauses publicitaires, pourquoi payerais-je pour le câble?

La téléphonie

Je n’ai pas renouvellé mon forfait de téléphone cellulaire. J’ai déjà une ligne téléphonique à la maison et je ne suis jamais bien loin de mes courriels. Une seule ligne téléphonique avec une boîte vocale est tout ce qu’il me faut. C’est fou ce que certains dépensent en forfait cellulaire parfois! Je voudrais bien un Iphone comme tout le monde mais je ne suis pas prête à faire cette dépense-là.

(Londres, juin 2007)

La garde-robe

J’ai de la chance, je déteste magasiner. Je ne magasine qu’en présence de ma mère ou ma sœur (qui ont toutes les deux une patience d’ange) donc les occasions sont plutôt rares. Je porte la même taille depuis des années et je fais très attention à mes vêtements (lavage à l’eau froide et jamais à la sécheuse!). Bref, je porte et je reporte les mêmes trucs. Je ne suis pas la plus fashionista au monde mais comme j’ai un style assez classique, je n’ai pas non plus l’air démodé.

La boisson

Vous cherchez à économiser? Commencez par couper la boisson! C’est fou l’argent que je sauve en ne buvant pas. Au restaurant, la bouteille de vin peut facilement doubler le montant de la facture. Dans un bar, il est possible de dépenser 100$ en drinks et bières en tout genre dans une soirée bien arrosée. J’ai des amis qui dépensent ça tous les vendredis. Si ça leur plaît, fine, mais moi, je me dis que je pourrais me payer un tabarnouche de beau voyage avec 5200$ dollars!

(San Diego, juin 2008)

La cigarette

En plus d’être cancérigènes et d’empester les voisins, les cigarettes coûtent un prix de fou! Il existe tellement de moyen de se libérer de cette dépendance de nos jours! Si l’idée de voyager vous fait envie, puisez-y le courage nécessaire pour écraser! Pensez aux plages blanches des îles Fidgi, aux sommets enneigés des Rocheuses, au désert de l’Australie, bref, ce qu’il faudra pour vous changer les idées lorsque l’envie d’une puff vous viendra!

Les restos

J’adore manger au restaurant mais j’y vais avec modération! Je garde mes sorties au resto pour les grandes occasions comme les sorties entre amis ou en famille. Lorsque mes journées de travaille s’étirent, j’amène toujours un lunch. Pourquoi irais-je dépenser 10$ pour un trio sandwich-salades-boisson alors que je peux m’en faire des meilleurs à la maison pour une fraction du prix. Se préparer une boîte à lunch est si simple!

(Athènes, mai 2009)

Les à-côtés

Ici j’inclus toutes les petites dépenses qui s’accumulent sans qu’on en ait vraiment conscience : le magazine de mode au kiosque à journaux, le Iced Coffee au café du coin, le sac de bretzels de la machine distributrice en fin de journée, etc. Si vous commandez un café latté au lait de soya chez Second Cup ou Starbucks à tous les matins, vous y aurez mis 25$ à la fin de la semaine. À 50 semaines de travail par année, cette habitude vous coûte 1250$. Investissez donc dans un thermos et payez-vous un voyage dans le Sud à la place.

En passant, je me gâte quand même de temps en temps avec un soy cappuccino ou un super Life & Style rempli de potins inventés… 😉

La cuisine

Faire ses repas, collations, tartinades, desserts, etc., à la maison est tellement plus économique. Pour d’autres trucs, voyez mon article sur mes façons d’économiser sur ma facture d’épicerie!


(Rome, mai 2010)

Il existe mille et une façons d’économiser. Mes trucs peuvent ne pas vous convenir et c’est normal (je suis certaine que plusieurs ont sursauté en lisant mon point sur la boisson!). Nous avons tous des personnalités différentes. Personnellement, les trucs que je refuse de couper sont l’épicerie, l’abonnement au gym, la qualité de mes crèmes pour le visage et la connexion Internet.

Aussi, peut-être que les voyages ne vous intéressent pas mais que vous aimeriez pouvoir vous offrir un bateau à voile ou un chalet dans le Nord ou des souliers Manolo Blahnick. L’idée c’est qu’il est possible de réaliser tous vos rêves en étant simplement vigilant avec vos dépenses au quotidien. De petites coupures ici et là payeront gros au bout de la ligne!

À vous de voir où vous souhaitez couper!

(Australie, février 2011)

Maintenant, dites moi quels sont vos meilleurs trucs pour économiser et, aussi, quelle est votre motivation pour le faire? Un voyage, une maison, un chien de race, peu importe!

Alexe veut savoir! 😉

Publicités